SHARE

mardi 22 février 2011

Biographie de Mayada EL Hanawi


Mayada El Hanawi est née le 8 Octobre 1959 à Halab en Syrie de parents mélomanes qui passent leur passion pour la musique à leur petite fille. Sa mère fredonne comme berceuses des chansons de Oum Kalsoum ou encore Mohamed Abdelwahab.

En 1976, Mayada El Hanawi a l’occasion de rencontrer celui dont les œuvres l’ont vu grandir : Mohamed Abdelwahab. Alors qu’elle se produit dans la station balnéaire d’un hôtel quatre étoiles, le légendaire artiste se trouve alors dans la salle et reconnait en l’adolescente de 17 ans qui chante « Lessa Faker » d’Oum Kalsoum, un talent qui ne demande qu’à être reconnu.

Mohamed Abdelwahab propose à la famille de Mayada El Hanawi de le rejoindre au Caire, afin qu’il puisse étudier les capacités qu’offre la voix de Mayada et l’initier à l’art du chant en l’entrainant.

Mayada El Hanawi est dotée d’une discographie créée pour elle par les plus grands paroliers et compositeurs, à l’image de Mohamed Al Mougui qui lui offre « Ya Ghaëbane la Yaghib » (Ô toi, absent très présent), ou encore Ahmed Rami et Riad El Sonbaty, tous deux anciens paroliers et compositeurs de la grande cantatrice Oum Kalsoum. Le premier lui écrit la chanson « Awwel ma choftak habbeitak » (Je t’ai aimé du premier regard) et le second collabore avec Mayada El Hanawi sur « Fatet Sana ».

Néanmoins, parmi ces grands noms et bien d’autres encore, celui que Mayada El Hanawi cite le plus est Baligh Hamdi, son compositeur égyptien favori. Cette préférence a une bonne raison derrière elle car Baligh Hamdi, en deux ans, a composé pour Mayada El Hanawi la majorité de ses plus grandes chansons : « Sidi ana » (Mon maître), « Al-Hob elli kan » (L’amour qui était) ou encore « Ana baachaak » (Je t’adore). En tout et pour tout, Baligh Hamdi a mis en musique quelques 25 titres pour la chanteuse, écrivant même les paroles de certaines d’entre elles à l’instar de « Saet Zamane » dont les paroles parlent de la vie de Mayada El Hanawi elle-même, une requête faite par la chanteuse qui cherche toujours à ce que son art reflète sa personne, afin que son public se sente proche d’elle comme elle-même se sent proche de lui sur scène.

Longtemps interdite de séjour en Egypte après avoir été soupçonnée d’espionnage dans les années 80, Mayada El Hanawi retourne dans ce pays qui l’a vue débuter et qu’elle adore quand elle reçoit une invitation officielle de l’ancien ministre de l’information Safouat Al Chérif qui l’a sollicitée pour plusieurs fêtes ainsi qu’une opérette organisée au Caire à l’occasion du 6 Octobre.

Côté vie personnelle, Mayada El Hanawi, souvent surnommée la « chanteuse de l’amour », a enfin trouvé le bonheur conjugal après deux mariages et plusieurs fiançailles auprès de son mari Mohannad Ahmad, un homme d’affaires et officier syrien.
Powered By Blogger · Designed By