SHARE

jeudi 24 février 2011

Biographie de H-Kayne


Les cinq rappeurs de H-Kayne marchent comme un seul homme vers le succès. Leur rap total, jamais à court d’inventions, notamment dans le maniement de la darija, conquiert les foules. Et ils libèrent le genre de son image sulfureuse.

Casablanca, 10 h 30, les H-Kayne prennent leur petit déjeuner dans l'’appartement d’'un ami aux environs du Twin Center. Le groupe de rappeurs meknassis est presque au complet, il ne manque que Khalid, le cinquième comparse DJ, un zmagri à cheval entre la France et le Maroc. Othman, Hicham, Azzedine et Adil ont les yeux encore ensommeillés. Ils se sont couchés tard la veille, après avoir enregistré à 2M leur passage télé à “Assahratou lakoum”. C'’est la première fois qu'’un groupe de la nouvelle scène marocaine passe dans une émission grand public, “pour les ménagères de moins de 50 ans”, précise Hicham, ancien étudiant en information et communication, très au fait du langage marketing télévisuel. Il semble loin, le temps où Médi1 refusait de passer un morceau des H-Kayne où ces deniers parlaient de hrig : “On racontait quoi, au fond ? Juste la réalité”, précise Azzedine. Sur le plateau de 2M, l’'accueil fut beaucoup moins frileux. Imad Ntifi a lui-même insisté pour programmer les H-Kayne, malgré les réticences de la direction de la chaîne d'’Aïn Sebaâ : “Imad Ntifi avait cependant l'’air très étonné de nous voir recueillis récitant la fatiha avant de commencer l’'enregistrement”, raconte Azzedine. Cet acte de foi, répété avant chaque concert, ne correspondait pas à l'’imagerie bad boys du rap telle qu’elle est perçue par le public. À ce titre, les préjugés sont encore tenaces : “Un membre de l’équipe de tournage de 2M est venu nous voir après notre passage en nous reprochant d'’avoir tenu des propos vulgaires. Il avait mal entendu et interprété à sa manière les paroles du morceau tout simplement, victime des a priori sur le rap.”

Les débuts meknassis

Aujourd'’hui, H-Kayne récolte les premiers fruits de la renommée, signe des autographes dans les rues de Meknès à des gens qui, il y encore cinq ans, les “prenaient pour des voyous à cause de [leur] look hip hop”. ”C’est marrant d’ailleurs, grâce à la pub que nous avons tournée pour Danone, tout à coup nous sommes devenus fréquentables”, rapporte Hicham en souriant. À l’époque, leurs séances de hip hop dans les rues de la capitale ismaélienne leur valaient de jouer au chat et à la souris avec les forces de l’ordre. Rue de Paris, là où est née la génération rap meknassie, les quatre comparses forment un premier groupe (les Dogs) et se produisent pour la première fois le “26 février 1997”, déclarent-ils en chœur. Le concert a lieu à Dar Chabab, les futurs H-Kayne attirent 800 jeunes grâce à une campagne d’affichage qu’ils mènent dans tout Meknès. “Ce jour-là, nous avons sauté dans l’inconnu. Le public était debout, les bras croisés, curieux de voir ce que nous allions faire.” Fébriles, ils balancent leurs reprises West Coast sur des paroles en darija. La sauce prend, et ils resservent les plats au cinéma Caméra, un fleuron Art déco meknassi : “Il y avait tellement de monde qui était resté à l’extérieur que certains passants pensaient que c’était la journée ‘deux films pour le prix d’un’”, raconte en riant Othman. Les Meknassis y démontrent déjà leur sens du show et de la scène : “Nous jouons une pièce de théâtre où chaque membre du groupe a un rôle à tenir au micro”, explique à ce propos Azzedine. Leur rap total conquiert bientôt un public de plus en plus nombreux. Et même les forces de l’ordre devenues plus conciliantes : “Un flic m’a embarqué un jour dans son Estafette. Il voulait que je lui chante une de nos chansons où l’on parle du haschich. Il m’a relâché juste après”, raconte en riant Azzedine. Fawzi, vendeur de disques à Meknès, croit en eux tout de suite et les laisse répéter chez lui. “C’est le premier à nous avoir soutenus, nous lui sommes définitivement reconnaissants”, déclare Hicham. Peu de temps après, les quatre compères sont rejoints par Khalid. Hicham, parti en France pour ses études, rencontre ce dernier chez un ami. Khalid, DJ et compositeur de talent, écoute quelques morceaux du groupe. Il est conquis. L’arrivée de Khalid va apporter une dimension supérieure aux compères meknassis, notamment grâce à son sens de la mélodie. Les Dogs changent de nom : “On cherchait un truc dont tout le monde puisse se souvenir. ‘Ache kayne’ est une phrase que chacun répète plusieurs fois par jour. On ne pouvait pas trouver mieux pour marquer les esprits”, explique Adil. Leur réputation dépasse assez vite le microcosme meknassi pour gagner Casablanca, lors de l’incontournable Boulevard des jeunes musiciens en 2003. Ils y décrochent le Prix du meilleur groupe rap en 2003, année où la compétition, avec 13 groupes en lice, était très relevée. “H-Kayne est arrivé très professionnel avec une maquette et un dossier de presse. En écoutant leurs compositions, nous espérions qu’ils soient aussi bons sur scène. Ce fut le cas, ils étaient vraiment un cran au-dessus des autres. D’ailleurs, il n’y a pas eu de délibérations au moment du vote, H-Kayne avait fait l’unanimité”, confie un membre de ce jury.

Les moyens de la réussite

Fidèle à la philosophie “ultra libérale” du rap, les H-Kayne ne rejettent pas le succès ni la médiatisation. Ils recherchent celle-ci même, car, à leur sens, il faut s’appuyer sur des structures solides pour communiquer et populariser le rap. Ils reconnaissent à ce titre qu’être produit par Platinium leur a ouvert les portes de la télévision et de la radio. Leur dernier opus, HK 1426, en référence au calendrier hégire, est d'’ailleurs un bon exemple de leur pragmatisme rap. HK 1426, très attendu après leur premier album auto produit (1 son 2 bled’art), est sorti la semaine dernière dans sa version luxe à 49 DH, avec un véritable plan média, un réseau de distribution (grandes surfaces pour l’essentiel), un clip pour accompagner le lancement et une politique de bas prix pour contrer le piratage. Ainsi, HK 1426 sera commercialisé en cassette à 14 DH dans quelques jours. Et en album non cartonné à 12 DH après le ramadan. L'’album très abouti a été composé et enregistré en moins de trois mois. Issawa Style, le titre phare de l’opus, composé en un jour et enregistré aussi rapidement : “Nous travaillons toujours dans l’'urgence quand il s’agit de passer à l'’écriture. Même quand nous semblons ne rien faire, nous réfléchissons. Là, tu peux à un moment dire une phrase qui me marquera et sur laquelle je commencerais à chercher des rimes”, explique Adil. “En un sens, nous perpétuons la tradition du jazal meknassi”, ajoute Hicham. Dominique Caubet, dialectologue, admire “leur agencement musical et la richesse dans le maniement de la darija”. Cette dernière avait d’ailleurs programmé les H-Kayne lors de la présentation de son livre Les Mots du bled, sur Beur FM, radio de la communauté maghrébine en France. Elle prépare à l’'heure actuelle un livre sur la nouvelle scène marocaine. H-Kayne y sera à l’'honneur.
Powered By Blogger · Designed By